L'Empire Xuan Chi

 

 

 

La géographie

La carte physique

La carte politique

Les grandes villes

L'économie

 

La structure politique

L'empereur

Les maîtres

Le Shogun

Les magistrats

Les gouverneurs

Les samouraïs

Les daimyos

Les yakuin

 

La structure sociale

L'organisation des différentes castes

La transmission du savoir

La transmission du pouvoir

La loi et la justice

La monnaie

L'impôt

La police

Les tabous

Les autres races

Les secrets

 

Les structures religieuses

La religion principale

Les différentes religions

Les hauts lieux

Le clergé

Les moines

La réincarnation

 

Les grandes familles

Les nobles

Les riches

 

Les grands personnages

Les guerriers

Les maîtres

Les dignitaires

Les religieux

 

Techniques et technologies

Dans le domaine des armes

Dans le domaine civil

Dans le domaine agricole

Dans le domaine maritime

 

Relations extérieures

Avec l'empire voisin

Avec le reste du monde

Avec les autres races

Avec les autres religions

 

 

 

 

La carte Physique

Carte

 

Très étendu cet empire comporte plusieurs zones/p>

La côte au nord : environ 1000 jin (1 jin équivaut à peu près 1,5 m soit 1500 km) parsemée de petits ports de pêche sur la partie centrale. Un gros port militaire à l'est une mégapole portuaire Ichikuam à l'embouchure du fleuve Li Fang mais peu de ports à l'ouest.

La muraille située à l'ouest

Le Fleuve Li fang qui traverse le pays partant des montagnes au sud est et décrivant de longs méandres dans les plaines centrales pour finir sa course au nord ouest.

La rivière Pang-Li qui rejoint vient des régions sauvages au sud et rejoint le fleuve Li-Fang dans les plaines centrales.

Les plaines centrales

Les régions sauvages

Les montagnes du sud est

Les montagnes du centre est

Les montagnes de l'ouest

Le lac Mong-ti

La capitale : Ichi-Chuan au nord sur le fleuve Li-Fang

La mégapole : Ichi-Ran à l'est

Une centaine de Kyuden

Des milliers de villages

 

 

 

 

Structure politique

 

L'empereur

        Xuan Chi n'a rien d'ordinaire dans sa façon de choisir son empereur. En effet, il n'est pas élu ou plébiscité, pas plus que ce titre ne se transmet de père en fils. Par contre il est bien de droit divin. Le grand Seïjin est le seul apte à connaître la nouvelle incarnation de l'empereur. Les Xuani croient à une forme de réincarnation un peu particulière. Les être humains ne sont habité par une âme qu'à partir de Shikiteï (l'heure où il entre à l'âge adulte) Cette cérémonie à lieu pour tous les Xuani elle a lieu dés que l'enfant reçoit son âme. Ensuite le jeune choisira sa voie en fonction de ce que lui dicte son âme. Or l'empereur est toujours le même puisque c'est toujours la même âme qui l'habite et seul le grand Seïjin peut la reconnaître puisqu'ils sont liés. Donc lorsque l'empereur meurt, le grand Seïjin se met en recherche de son âme (aidé de ses moines. Il leur donne en effet des indices vu en songe concernant la nouvelle enveloppe corporelle de l'empereur) . Et tant que l'empire n'a pas retrouvé son empereur, c'est le Shogun qui devient le régent. Cela peut prendre parfois plusieurs années car il arrive que l'empereur prolonge son séjour au royaume de morts. La plus grande période de régence eut lieu il y a environ 450 ans et dura 23 ans. Ce n'est qu'au soir de sa vie que le grand Seïjin eut la révélation et reconnu le nouvel empereur. Il mourut la nuit suivante. Mais il y a 773 ans quelque chose de plus grave se produisit, quelques généraux dont le shogun tentés pour abolir ce vieux système tuèrent dans la même nuit le grand Seijin et l'empereur. Mais les moines trouvèrent la solution un ancien texte leur avait permis de contrer les plans de ses  usurpateurs. En effet le grand Seïjin ne peut être issu que de la caste des moines. Et en cas du décès simultané des deux entités (Seïjin et Koteï) la meilleure solution consistait à retrouver l'âme du Seïjin qui était plus facile à retrouver étant donné qu'elle ne pouvait se trouver que dans le corps d'un jeune homme se destinant à devenir moine. Les Moines réunis en assemblée plénière exécutèrent un mandala très ancien pour connaître la vérité et au bout de deux ans de recherche ils trouvèrent le nouveau Seijin qui désigna le nouvel empereur. Et les usurpateurs furent écrasés. Tout ceci dut se passer dans le plus grand des secrets les moines s'entourèrent de mille précautions et inventèrent des techniques nouvelles. Créant un nouvel ordre monastique de moines-ninja qui veillent aujourd'hui encore dans l'ombre à la sûreté de l'empire et de son empereur.

 

Le Shogun :

            Le Shogun est l'exemple même de la droiture et de l'abnégation. Il est bien sûr le chef des armées, mais plus que cela il est le rempart vivant de l'empereur et de l'empire. Il donnerait sa vie pour défendre l'honneur de l'empereur. Il y eut des Shoguns très variés dans l'histoire de Xuan-Chi : homme ou femme, sévère, brutal, intransigeant, courtois, diplomate, manipulateur, bretteur, secret ou discret...Par deux fois seulement un Shogun se montra déloyal envers l'empereur et à chaque fois le Shogun fut punit par le déshonneur suprême de la pendaison. En plus d'assurer la sécurité intérieure et extérieure de l'empire, le Shogun nomme les magistrats impériaux. Il peut donner la charge de Daimyo à un samouraï méritant mais après en avoir parlé à l'empereur. Le Shogun est craint par toute la population et ses ordres sont exécutés avec promptitude. Un Shogun n'a pas intérêt à décevoir son empereur car normalement s'il est désavoué publiquement par l'empereur, il ne lui reste qu'une solution : Seppuku ! Un Shogun est nommé par l'empereur pour la durée de son existence. Le Shogun peut demander à se retirer dans un monastère lorsqu'il se fait vieux mais cela peut lui être refusé. Lorsque l'empereur décède, le Shogun en place assure la régence, mais quand le successeur est trouvé, le Shogun laisse sa place à un autre. Il arrive cependant qu'il soit confirmé par le nouvel empereur. L'Empereur Hukki VII fut celui qui eut le plus de Shoguns durant ces 47 ans de règne, il nomma 27 Shoguns.

 

Les Gouverneurs :

 

Les Daimyos :

La qualité de Daimyo s'acquiert et n'est pas nécessairement héréditaire. Elle peut être enlevée à ceux qui n'en ont pas le mérite. Devenir Daimyo est une charge et un honneur. Une charge parce que cela implique des devoirs. Et un honneur parce qu'on vous en croit capable. Seuls l'empereur, le Shogun ou un Gouverneur peuvent confier cette charge à quelqu'un. Etre Daimyo c'est avoir la charge d'un territoire, le soucis de sa population et de l'aménagement. Les daimyo se font généralement concurrence pour avoir le territoire présentant les meilleurs attraits. C'est ainsi que leur ville attirera les meilleurs artisans, les plus grands maîtres et bien entendu un foule de samouraï. Sans compter tous les autres. La société Xuan'Chi est organisé en caste, mais contrairement à leurs voisins les samouraïs ne traitent pas avec mépris certaines castes. Auprès des magistrats impériaux, la plainte d'un cultivateur vaut celle d'un samouraï. Chacun à son rang accompli son devoir du mieux qu'il peut. La recherche de la vérité et la reconnaissance de ses erreurs sont considérés comme des vertus. Mais la ténacité l'est encore plus le déterminisme des la société Xuani leur fait prendre en horreur l'inconstance. Lorsqu'on a choisi sa voie on s'y tient.

 

Les Maîtres :

Las Magistrats :

Les Samouraïs :

 

Yakuins :

    Les yakuin sont les administrateurs de l'empire, ils sont redoutable en matière de droit. Ce sont des fonctionnaires zélés. Comment ne le seraient ils pas d'ailleurs, puisque l'inconstance est honnis à Xuan'Chi. On les reconnaît facilement lorsqu'ils portent l'habit de leur fonction. Un kimono aux couleurs de l'empire sur le quel sont brodés plusieurs mons, celui de l'empire dans le dos, celui de la région d'affectation sur le cœur et celui de leur fonction sur la manche droite. Ils portent en outre un Wakizashi insigne de leur appartenance à la caste noble. Et un chapeau plat et conique noir. Ils sont souvent accompagnés d'auxiliaires. Qui eux portent un Kimono semblable, le Wakizashi s'ils appartiennent à la caste des nobles et un chapeau similaire mais rouge pour les distinguer. Enfin les chapeaux verts sont les serviteurs de la fonction de scribe. Souvent ces derniers sont recrutés dans les castes inférieures et ils ont rarement le kimono mais un habit qui sied mieux au genre de travaux pour lesquels ils sont affectés.

 Le fonctions de yakuin sont les suivantes :

 

Les magistrats :

 

 

© Copyright Dimble & L'Ogre 2007-2017, tous droits réservés.

Contact :Webmaster CEMIF